Gréco Casadesus
 Belkacem Tatem  Zoon Besse  Guillaume Diamant-Berger

 Jérôme Diamant-Berger  Judith Chancel  Thierry Lossignol  Noëlie Amaury

 Pierre Carbonnier  Arman Vossougui  Yoann Le Bars  Virginie Stucki


Gréco Casadesus,

compositeur,
concepteur du spectacle



Compositeur d'une centaine de créations musicales pour
le cinéma (Babar, Les Trois Mousquetaires,…),
le théâtre (Le Roi se meurt, l'Avare, l'Aiglon,…),
la télévision et l'animation (Jésus, l'Enfant de la Honte, Les 5 dernières minutes, Petit Creux,…),
l'enregistrement (Voyage Immobile, Marie et le vin,…)
le spectacle jeune public (Les Trois Mousquetaires font du Cinéma),
la musique de chambre et le concert symphonique (Suppléments d'âme, Sept Mouvements de Vie, …)


 Gréco Casadesus, issu d'une famille d'artistes, fut formé aux conservatoires de Paris et Versailles. Très jeune, il assume la fonction de directeur artistique du département classique de EMI (1973-1989).
À cette occasion, il rencontre de grands maîtres comme Rostropovitch, Prêtre, Maazel ou Bernstein, au contact desquels il enrichit son langage musical et son style d'orchestration.

 Dès les années 80, il se passionne pour l'informatique musicale qu'il utilisera fréquemment dans ses créations. Mélodiste et coloriste, sa musique cherche à toucher, surprendre, émouvoir.A partir du chef-d'oeuvre d'Henri Diamant-Berger, il imagine le spectacle Les 3 Mousquetaires font du Cinéma , une fantaisie épique qui mélange théâtre, cinéma, musique, escrime et chansons. Recréant l'ambiance magique des cinémas d'autrefois, ce spectacle familial continue d'être joué après avoir été à l'affiche pendant neuf mois au Théâtre Le Ranelagh à Paris.

 Sa rencontre avec l'univers d'Étienne-Jules Marey (1830-1904), l'inventeur du mouvement cinématographique, est une révélation qui le conduit à créer en 2008 Sept Mouvements de Vie , une suite symphonique accompagnée d'une projection sur grand écran. L'oeuvre est désormais disponible en DVD.

 Deux enregistrements récents viennent étoffer son catalogue :Fragments de Lune , 25 pièces pour piano enregistrées avec le pianiste Laurent Martin, et Suppléments d'Âme , trois pièces pour soprano et quintette à cordes interprétées par Lys Nordet et le quatuor Prima Vista.

 Par ailleurs producteur de CD (le label Opus Millésime en grande partie consacré à son cousin, le célèbre pianiste et compositeur Robert Casadesus), de spectacles et de documentaires, il est également le président fondateur de l'UCMF (Association des Compositeurs de Musique de Film).
En 2003, la revue Musique Info Hebdo lui décerna le titre de "Personnalité de l'année".

Accès au site de Gréco Casadesus

Retour haut de page

 

Belkacem Tatem,
metteur en scène

 Noël 85, je me fais mon premier vrai cadeau, monter un spectacle de théâtre. Quelques mois plus tard, je mettais en scène, La Reprise de Jean-François Syvadier au Théâtre du Staff à Montreuil.
Depuis sans relâche, je mets en scène où je joue au gré des envies et des rencontres.
C'est en interprétant le rôle de La Flèche dans l'Avare, mis en scène par Jacques Mauclair que j'ai rencontré Gréco Casadesus. Un an plus tard je montais dans ce même théâtre Une répétition au théâtre du crime du même Jacques Mauclair et c'est à Gréco que je confiais la musique du spectacle. Ensuite, dans Les Fourberies de Scapin que je montais au Théâtre de la Porte Saint-Martin pour des scolaires, il eut encore la gentillesse de collaborer avec moi pour une partie de la musique de cette nouvelle production. Depuis nous n'avons cesser de suivre et apprécier nos travaux respectifs.

Depuis, j'ai monté une vingtaine de spectacles, allant de la comédie musicale aux pièces d'Arezki Metref, de Sartre, de Tenessee Williams en passant par Yves Navarre, Muhend U Yaya, Moussa Lebikiri et d'autres auteurs contemporains.
J'ai aussi pour Paris Quartiers d'Eté organisé la Parade du Parc de Tuilleries en 96 avec plus de 1000 jeunes des banlieues environnantes.
Au Zénith de Paris, j'ai mis en scène 4 spectacles dont 2 avec le regretté Matoub Lounès.

 À Cergy-Pontoise pour la Scène Nationale et avec Idir au théâtre municipal de Gagny2.
J'organise depuis 5 ans des stages d'écriture théâtrale avec Maria Ducceschi sous la direction de la DDTE et de l'ANPE Spectacles.

Ma dernière création "Attention Peinture Fraîche" de Lupe Velez fut jouée plusieurs mois durant en 2005 au Théâtre Déjazet.


Retour haut de page

 

Zoon Besse,
comédien-chanteur...

… ou plutôt saltimbanque et troubadour, terme plus approprié à cet olibrius capable de passer d'un tour de chant intimiste à une comédie musicale populaire, d'un spectacle de marionnette à de la comédia del'arte, d'un film de Jonathan Demme à une série télévisée. Autant de sources d'inspirations, d'expériences variées et de rencontres saugrenues pour un autodidacte qui n'adopte qu'une seule école, celle du plaisir, du défi et de la curiosité.

 Défi d'interpréter du Trenet et du Vassilu après un début tonitruant dans le rock (en tant que batteur puis chanteur)… activité toujours d'actualité d'ailleurs, puisqu'il parcourt les routes de France et de Navarre avec son groupe d'acolytes anonymes 'Gevrey Chambertin'.

Plaisir de replonger dans l'univers théâtral après une pause prolongée de plus de quinze ans - où le cinéma et la télévision l'ont accueilli avec fidélité : Gérard Jugnot, Joël Santoni, Marco Pico, Didier Grousset, Les Nuls, Denis Amar, Jean Loup Hubert…

 Curiosité de se confronter à des publics hétéroclites avec la même envie : enfants et adolescents (pour les scolaires ou les festivals jeunes publics), quadragénaires et grands parents ! (dans les salles des fêtes, les cabarets et les théâtres climatisés d'Avignon !) Même la foule moscovite de la Place Rouge est à noter dans son carnet de voyage.

Il fait son boulot, quoi.
À tout azimut.
Vers tous horizons.
Pour assouvir sa boulimie artistique, tous les moyens sont bons.

 Vous l'aurez compris, il déteste être classé, recadré, étiqueté sous une définition toujours trop étroite. Plus de trente films (petit et grand écran), cinq cents concerts et quelques pièces… la décoration 'comédien chanteur' serait bien méritée mais chutt… laissons le à ses rêves de touche à tout et de grand large.

Vingt ans de balades dans les couloirs des théâtres et du septième art pour aujourd'hui s'investir d'une mission farfelue et originale réunissant ses deux passions : conter l'histoire des Mousquetaires sur la toile et sur les planches. Un nouveau défi ? 'Un pour tous, tous pour un' comme dirait les trois autres…

Retour haut de page

 

Guillaume
Diamant-Berger,
monteur, réalisateur,
infographiste

 28 ans, les yeux autant rivés sur l'écran du Mac que sur l'histoire et les perspectives du cinéma, Guillaume rêve. Il rêve au métissage des techniques et aux alliages des idées pour contribuer au renouveau : selon lui, faire découvrir les racines qui nous fixent en les transposant vers une approche plus contemporaine.

Il a d'ailleurs tout ce qu'il faut pour aboutir: des références (un arrière grand-père illustre personnage aventurier du cinéma patrimonial, Henri Diamant-Berger, cinéaste, producteur plusieurs fois milliardaire et ruiné), l'envie de créer une perméabilité entre tous les arts et techniques et, bien sur, son âge, dont on ne sait pas encore où se situe la frontière entre avidité de conquérir et conviction visionnaire.

 De toutes les expériences qu'il a déjà vécues comme monteur, infographiste et réalisateur, celle qui l'a le plus forgé est le formidable travail qu'il a accompli avec son père, Jérôme Diamant-Berger, pour permettre aux Trois Mousquetaires de l'aïeul une renaissance convaincante. A partir des rushes épars redécouverts par miracle (le film était perdu), il réussit à redonner un sens clair et cohérent aux 6h30 de ce film culte.

Il ne pouvait faire autrement que de se projeter avec passion dans l'aventure que nos quatre intrépides Mousquetaires nous offraient

Retour haut de page

 

Jérome
Diamant-Berger,
réalisateur

 Du RANELAGH au RANELAGH…

Tout commença pour moi au Théâtre du Ranelagh où j'ai organisé en 1973 un Festival du Super 8 qui fit grand bruit. Pour la première fois étaient projetés des films amateurs sur grand écran, le tout pendant trois semaines, et la salle ne désemplissait pas…
Suivant le slogan de Jean Cocteau, « le Cinéma ne sera véritablement un art que le jour où il sera accessible à tous », j'enchaînai à l'Espace Cardin puis à New-York avec le même format « révolutionnaire » mais à l'échelle internationale.
Cette thématique de « libération » de l'image s'est poursuivie par un travail très novateur dans l'édition de livre sous le label « Des Images Plein la Tête », reprenant le titre d'un essai très radical et visionnaire sur l'audiovisuel que je venais d'écrire pour les éditions Encre.
Mon premier long métrage, L'UNIQUE, l'histoire d'une chanteuse dont on vole l'image avec des techniques holographiques et qui se la réapproprie, continuait cette quête de reprise en main des moyens de créations par leurs créateurs.
Le deuxième long métrage, LA LEGENDE, avait cette même obsession.
M'inspirant du « Golem » de Gustav Meyrink que j'ai transposé dans l'univers du théâtre contemporain, j'ai raconté l'histoire de la possession d'une âme par la magie alchimique, qui, en se libérant, signe la victoire de l'homme sur son créateur.
Je réalise régulièrement des documentaires, souvent sur le cinéma, et prépare un nouveau long métrage qui sera intitulé : SHOTTING D'ARTAGNAN.

Parallèlement j'ai beaucoup travaillé sur les films de mon grand-père, Henri Diamant-Berger, cinéaste très populaire jusque dans les années 60, qui commençait à tomber dans l'oubli et dont les films avaient totalement disparu. Depuis 1990, en collaboration avec « les Archives du films », j'ai pu quasiment retrouvés tous les films et proposer au public des versions restaurées et parfois sonorisées de ces oeuvres comme LES TROIS MOUSQUETAIRES de 1921.

Grâce à ma rencontre avec Gréco Casadesus nous avons pu, avec mon fils Guillaume, entreprendre pour ce film une production d'un tout nouveau type. En créant une bande sonore numérique, faîte de musiques, d'ambiances, de bruitages et d'une voix off, nous avons continué et fini le travail sur le film de 1921 là où mon grand-père l'avait arrêté. Restructuré en 14 fois 26 minutes, étalonné, remis à la bonne vitesse, nettoyé de ces défauts et agrémenté de cette bande sonore digne d'un film tourné aujourd'hui, nous l'avons distribué sur quelques chaînes de télévision en France et à l'étranger, et dans un magnifique coffret DVD   TF1 Vidéo.
Et pour finir, j'ai eu le plaisir de conseiller mon chef magicien préféré « Gréco Casadesus » sur son adaptation pour la scène et l'écran de ce chef d'œuvre du cinéma, conçue cette fois pour les arrières petits enfants du cinématographe dans le magnifique Théâtre du Ranelagh.

Retour haut de page

 

Judith Chancel,
comédienne,
chorégraphe

 Après une formation de danseuse classique, contemporaine,jazz (CND, Wayne Byars, Peter Goss...) et de comédienne ( cours Vera Gregh, Art studio théatre, Laurent Rey...), Judith Chancel a commencé une carrière professionnelle. Elle a dansé pour la compagnie « Catheleen Andrews » , pour Jérôme Savary, Robert Hossein,des vidéo clip...

Elle à également tournée   un film pour Eric Rohmer, un téléfilm de Roger Kahane (France 2), des courts-métrages, jouée au théâtre pour les compagnies de Kazem Sharyari, Guillaume cale, Le Cubitus...

 Elle est également chorégraphe  : « La petite boutique des horreurs » et « Attention peinture fraîche » mis en scène de B. Tatem au Théâtre Dejazet, pour la compagnie Le Cubitus, pour la compagnie Avec des ailes, pour des court-métrages « comédie musicale » de B. Ancel et   de S. Legrand

Retour haut de page

 

Thierry Lossignol,
comédien, conteur

 Après une formation d'art dramatique au Théâtre de l'Epouvantail à Paris, il en intègre la compagnie dirigée par Catherine LACROIX et Sébastien DUGUE et interprète Miniyana, Visniec, Pieiller et Vian avec la compagnie Espiègle. Puis il découvre le Théâtre jeune public dans une version « très rock n'roll » de la Sorcière du placard aux balais d'après Gripari.

 S'ensuit un stage « Théâtre et jeu clownesque » au Samovar et une rencontre des plus importantes avec Jean-Yves BRIGNON directeur et metteur en scène de la compagnie Le Cubitus, avec lequel il partage cette devise : « Il faut jouer devant les enfants comme devant les adultes, mais en mieux ». Cette troupe lui donne l'opportunité de jouer dans cinq spectacles jeune public, régulièrement en programmation sur Paris (Espace Paris Plaine, Ciné 13…) et de faire des tournées en province et dans quelques pays frontaliers. Jean-Yves BRIGNON lui a confié également le rôle de Claudius dans une mise en scène très originale de Hamlet.

 Comédien éclectique, revendiquant le plaisir de monter sur scène, il est aussi conteur dans une association qui intervient dans les écoles, les maisons de retraite et les hôpitaux. Il anime également l'atelier théâtre des 8-10 ans à Versailles-Porchefontaine. La toute récente rencontre avec l'équipe des 3 Mousquetaires est le départ d'une aventure avec épée à la ceinture : « Un pour tous… »

Retour haut de page

 

Noëlie Amaury ,
comédienne, escrimeuse

 Comédienne, elle a suivi de nombreux cours d'art dramatique, notamment ceux de Jacqueline Duc et Jean-Laurent Cochet. Également escrimeuse (plusieurs fois championne de France d'escrime artistique), elle se produit un peu partout en France dans des manifestations à caractère historique (châteaux, festivals…), et a participé à quelques tournages cinéma l'arme à la main.

 Elle a aussi joué à Paris dans des pièces plus classiques, comme La Répétition d'Anouilh, ou mis en scène une pièce de cape et d’épée (2007).

 Depuis quelques années, elle enchaîne les spectacles où se mêlent le théâtre, la musique et la danse (le Mariage forcé de Molière, un opéra de Gluck, bientôt Mozart), où elle se rappelle qu’outre le théâtre, elle a une formation de danse classique et de piano.



Retour haut de page

Pierre Carbonnier,
comédien, escrimeur

 Parallèlement à des études de Lettres Modernes qu'il clôturera par une Maîtrise à la Sorbonne, Pierre Carbonnier s'est formé au Théâtre auprès de différents metteurs en scène et comédiens tels Fabrice Eberhardt, Joël Demarty, Philippe Lelièvre, Niels Arestrup ou encore John Strasberg à New-York. Il a joué au Théâtre pour des   auteurs aussi bien classiques (Molière, Marivaux, Racine…) que contemporains (N. Saugeon, B-M Koltès, C. Frechette, L. Calaferte…)

Polymorphe et curieux, son énergie s'est frottée au cinéma au travers de nombreux court-métrages d'auteur, français et étranger. Après une longue expérience de l'escrime sportive de haut niveau, Pierre découvre l'escrime artistique lors du   tournage du Bossu de Philippe De Broca. Il se perfectionne dans le domaine aux côtés des Maîtres d'armes Michel et Claude Carliez.

Retour haut de page

Arman Vossougui ,
comédien, escrimeur

 Sorti des cours Florent en 1992 Arman s'essaye aux différentes formes d'expressions artistiques telles que la commedia dell'arte, l'escrime, la danse tsigane, les échasses, le chant pour essayer d'y trouver un certain équilibre. Il a joué dans des pièces telle que Andromaque d'Euripide, est passé sur les scènes du Sudden théâtre, du théâtre de la Renaissance, le théâtre 13, le vingtième théâtre, a travaillé avec Bartabas, Hans Peter Cloos, Olivier Py, Valery Rybakov, Tapa Sudana ou encore José Garcia, a monté  les chorégraphies baroques sur échasses des fêtes nocturnes de Versailles ou encore récemment les chorégraphies de danses tsiganes du groupe Natacha et Nuits de Princes.

Retour haut de page

Yoann Le Bars,
escrimeur,
réglage des combats

 Grand amateur devant l'Éternel des films de capes et d'épées, il était naturel que j'apprenne l'escrime. Après des débuts auprès des maîtres d'armes Lilianne Delavacherie et François Duprez, j'ai eu la chance de participer aux cours de Claude Carliez - le maître d'armes des films de Jean-Marais, celui donc qui m'a fait rêver dans ma jeunesse - et de son fils Michel Carliez - qui a brillamment pris la relève de son géniteur. Par l'intermédiaire de Carliez père et fils, mais aussi dans d'autres cadres, j'ai participé à différents spectacles - des plus obscurs (mais à l'ambiance si particulière) au plus prestigieux comme le spectacle des Nuits de Versailles : « le chevalier de Saint Georges » de Bartabas - et films - allant du court métrage fauché (et tellement sympathique) aux grosses productions comme « Le Petit Poucet » d'Olivier Dahan.

Je m'adonne également à d'autres arts, comme la peinture, la musique ou l'écriture. Depuis septembre 2001, je fais partie de la troupe d'escrime de spectacle « les Compagnons du Grand Veneurs, » basée sur Avon (77), qui est plusieurs fois championne de France et du monde et qui se produit dans toute la France.

Retour haut de page

Virginie Stucki,
styliste, modéliste,
costumière

 Cette jeune auvergnate est sortie du coeur des volcans accrochée à son réve de costumes, de créations....de spectacles. Le parcours commence à Esmod Lyon où pendant deux années elle va apprendre le metier de styliste modéliste dans le prêt à porter. Elle monte à Paris pour finir sa formation en costume de scène. L' aventure debute au sein de la troupe des Farfadais puis dans la réalisation de la robe qui défila pour la Maison du chocolat au Salon du Chocolat 2005.
Et c'est ainsi que Les Trois Mousquetaires vont l'emmener dans une de leurs aventures.
Son parcours va s'echelonner ensuite entre : l'association Aten de Jean Luc Bernard, un créateur africain avec la création d'une collection été femme, "Natchipoÿ" une troupe renaissance, « Bienvenue à la Ferme » avec une collection homme/femme hiver, le bureau d'étude Haut de Gamme Bernadette Cellier en tant que modéliste patronniere etc...

 Découvrir ses travaux en cliquant ici
 Contact : stuckivirg@hotmail.fr

Retour haut de page


 

 

Retour au spectacle
Retour au sommaire